Navigation | Archive » 2008 » mai

20 mai, 2008

Il paraît que Sarkozy…

Il paraît que Sarkozy est mal aimé. Oui, il paraîtrait, que dans les sondages, en bas, il restera. Cela est-il étonnant de la part de cet homo politicus pour qui la mise en agenda politique se fait à partir des résultats de sondages publics. Et sans faire de mauvaise analogie, je dirais que la déontologie des sondologues n’est autre qu’une sodomie mentale non consentie de l’opinion publique ; le pire étant que nombre d’entre nous trouvent ça logique.

Il paraît que Sarkozy est mal aimé …Il paraît même qu’il faudrait se réjouir. Alors réjouissons-nous que le bling-bling sarkozysme, que le président Fric-Frime – pour reprendre le Canard – que le politique-people, soit à ce point désapprouvé (même si aux yeux de certains cela n’est pas assez).
Youpi, que je suis content que ce pauvre con soit mal aimé…
..Houlala que je suis content…

…le problème c’est que je n’arrive pas à me réjouir. Allez savoir pourquoi !? Encore un coup de la théorie du complot.
C’est vrai, c’est un connard ce type et, il est bien que plus de la moitié des sondés – entendre par là, la moitié des français… – ne l’aime pas. Mais, car un « mais », il ne peut qu’y avoir, je ne peux me contenter d’un sentiment de bien être juste pour cela. Peut être devrais-je, comme le fait l’opposition, me contenter d’attendre bien sagement encore quatre années, en supposant que ce mauvais passage soit en fait durable – à la manière du développement, qui lui ne l’est pas, croissance et progrès obligent… – pour qu’enfin le Parti (des) S. revienne au pouvoir pour (re)mettre en place un Capitalisme de « gauche » – de gauche car moins « violent », moins « direct » économiquement et plus (pseudo-) social – qui nous rendrait heureux.
Le problème qui découle de ce sondage, est que c’est Sarkozy, et lui seulement – la personne – qui est mal aimé. Oui il est là le problème. C’est que les gens n’aiment pas Sarkozy …

… mais considèrent que la durée légale du travail doit être allongée car c’est bien connu il y a un problème avec le financement des retraites, il va manquer de sous, et comme nous vivons plus longtemps nous devons travaillez plus. Il n’y a pas d’autres solutions. Et puis à quoi ça sert la retraire d’abord ? À rien si on n’a pas d’argent donc mieux vaut travailler. Et puis quoi de mieux pour combattre l’inactivité.

Les gens n’aiment pas Sarkozy mais considèrent tous que le déficit public est une réalité, pourtant ils ne râlent pas quand le gouvernement augmente le budget de l’armée. A c’est vrai, suis-je bête, nous devons nous armer, enfin nous réarmer ! Non ce n’est pas pour enrichir un peu plus les lobbies de l’armement, qui disons le en passant sont les meilleurs amis de ce même président que les français n’aiment pas, et qui possèdent en plus la majorité des medias qui diffusent les sondages qui montrent que les français n’aiment pas ce même président qui est leur ami !! La boucle est bouclée, mais le français est toujours aussi con !! Non suis-je bête, il faut s’armer d’un nouveau porte-avion nucléaire car le notre est plein d’amiante, en plus nous faisons parti de l’axe du bien et il faut se préparer à se batte contre les méchants iraniens de l’axe du mal, qui eux-mêmes souhaitent s’armer d’un sous marin nucléaire, pour eux-mêmes se défendre contre ceux qu’ils appellent l’axe du mal… C’est à plus rien y comprendre…Enfin ce n’est pas grave, c’est juste une guerre de plus sur la map monde… et en plus elle n’aura pas lieu dans notre bel hexagone alors le français s’en fout…
Les gens n’aiment pas Sarkozy mais considèrent que les 35 heures n’ont amené que des problèmes et qu’il faut permettre à ceux qui le veulent de travailler plus pour gagner plus dit –on, mais gagner plus de quoi ? Plus de maladies liées à la pénibilité de nos taches manuelles, gagner plus de temps sur notre lieu de travail ou dans les transports en commun…en tout cas, ça ne sera pas plus d’argent quand on voit que les premières heures supplémentaires ne seront pas payer au tarif majoré des heures supplémentaires…c’est à plus rien y comprendre…

Les gens n’aiment pas Sarkozy mais réclament plus de pouvoir d’achat pour pouvoir consommer plus et s’endetter plus…c’est vrai que les gens aiment consommer ; en plus, ils vont avoir des semaines de soldes supplémentaires pour consommer et ainsi exister auprès de leur entourage. Et si leur banquier refuse de leur prêter un peu d’argent pour se vêtir d’habits marqués par la sueur de petits indonésiens tout maigres, ce n’est pas grave, ils iront directement opter pour un crédit revolving à 18 % de taux d’intérêt. Attend c’est normal non, en plus, il y a l’euro de football qui commence et si le français moyen n’a pas son écran plat géant, il ne pourra pas savourer les matchs de l’équipe de France… sans parler du tour de France, Rolland Garros et les beaux jeux de Pékin…c’est simple chaque été le français pose ses congés, il part dans un camping et la il pose le peu de conscience et de cervelle politique sur la glacière. Et pendant qu’il s’abreuve de jaune, de rouge et de bière, le gouvernement passe les reformes les plus dures, les moins sociales, les plus libérales et en deux mois, il casse tous les acquis sociaux d’un siècle…

Les gens n’aiment pas Sarkozy mais approuvent la professionnalisation et la privatisation de l’université. La faculté ne doit pas être un lieu d’enrichissement intellectuel et culturel…en plus pour lui, les universités adapteront leurs enseignements et leurs filières au bassin d’emplois locaux…ah une belle réserve de stagiaires payée au lance pierre et corvéables à merci…le français il pense que ça va leur faire du bien à tous ces étudiants gauchistes qui passent leur temps à bloquer les rues et empêchent l’honnête citoyen d’arriver à l’heure à son travail de trimer et de se lever tôt tous les matins… ils veulent quoi ces étudiants qu’on leur paye leurs études avec nos impôts , le français il rêve de leur mettre des grands coups de pied au cul à tous ces baba qui se la coulent douce et fument de la drogue douce en lisant des livres de sciences humaines ou de philosophie…faut pas rêver non !!!!

Les gens n’aiment pas Sarkozy mais approuvent, et même réclament le service minimum que ça soit dans les transports ou dans l’éducation. Ils ne veulent être pris en otage lorsque les cheminots, et tous ces privilégiés de fonctionnaires, font grève….
Les gens n’aiment pas Sarkozy mais considèrent les fonctionnaires comme des fainéants, des privilégiés incapables de se contenter de ce qu’ils ont. Qu’il est normal de leur supprimer certains privilèges car les autres (les salariés du privé, les artisans-commerçants) n’ont pas tant. Des privilégiés, qui ne savent que se plaindre, sont toujours en vacances ou RTT, pendant que, eux, honnêtes travailleurs, triment. De toute façon il y en a trop.
Les gens n’aiment pas Sarkozy mais considèrent les chômeurs et les Rmistes comme des parasites que l’on doit, par tous les moyens, remettre au travail, car il n’est pas normal que certains profitent, abusent des aides publiques. Et puis tous ces parasites qui ne veulent pas travailler, ils n’ont qu’à aller voir ailleurs. Non mais Oh ils ne font rien pendant que les bons français se tuent à la tache ; et en plus ils se plaignent !! De toute façon les gens n’aiment pas Sarkozy mais n’imaginent pas que l’on puisse ne pas travailler/vouloir travailler. C’est vrai que le salariat est quelque chose de « naturel ».

Les gens n’aiment pas Sarkozy mais considèrent qu’il y a trop d’étrangers en France. On ne peut pas accueillir toute « la misère du monde ».
Les gens n’aiment pas Sarkozy mais ne voit pas le problème avec les « camps de rétentions », ni même avec les rafles – qu’il s’agisse d’enfant ou non d’ailleurs. Tout cela est normal, il faut respecter les lois, quand on n’a pas de papiers, on n´a rien à faire en France. En plus ils piquent le boulot des français.
Les gens n’aiment pas Sarkozy mais considèrent que les « arabes » – ou «musulmans »…- et les « noirs » ne veulent pas s’intégrer, ils ne sont là que pour profiter des allocations, entretenir le racisme anti blanc, exciser leurs filles au couteau commando, voiler leurs filles et les marier de force (pour le français le machisme est génétiquement propre aux musulmans, car en France il y a eu la libération de la femme, Mai 68 et maintenant les femmes peuvent travailler en étant moins payées que les hommes, subir le harcèlement sexuel de leur patron, se taper toutes les tâches domestiques à la maison si elles ont la chance de ne pas faire parti des dix femmes qui meurent sous les coups de leur conjoint chaque mois en France, mais le français il est pas macho ça non !!!).

Mais c’est pas fini, les français n’aiment pas Sarkozy, mais comme lui, ils pensent que les musulmans ne sont bons qu’à égorger leur mouton dans leur baignoire (enfin leur jacuzzi car la vente de drogue leur rapporte pas mal à ces islamistes de banlieues, ça leur rapporte tellement qu’ils financent l’axe du mal uniquement avec ça, enfin l’axe du bien…euh l’axe du mal ???!!! enfin un des deux axes…)
Les gens n’aiment pas Sarkozy mais considèrent que le jeune homme, noir de peau, qui est poursuivi par la police a forcement quelque chose à se reprocher, et si il meurt à la suite de cette poursuite, c’est que les policiers n’ont rien pu faire face au danger que ce jeune avait pris pour leur échapper, ou alors, c’était surement de la légitime défense, dans le cas où les policiers ont usé de leurs armes.
En fait les gens n’aiment pas Sarkozy mais soutiennent la xénophobie étatique.

Les gens n’aiment pas Sarkozy mais considèrent normal de mettre en prison un gamin qui vole une clé USB ou celui qui vend des barrettes de shit au coin de la rue. Ce sont des délinquants qui pourrissent nos vies tranquilles, il est donc normal de construire toujours plus de prisons, tout autant que d’enfermer des enfants – car il est bien connu que c’est génétique la délinquance et que donc plus tôt on les enferme mieux c’est.
Les gens n’aiment pas Sarkozy mais considèrent que les pédophiles et les violeurs ont doit leur « couper les couilles ». La peine de mort ça avait du bon pour des monstres de cette sorte. En attend qu’on la rétablisse, la populace n’aime pas Sarkozy mais trouve normal que le gouvernement décide d’enfermer à vie des individus qui ont déjà purgé leurs peines.
Les gens n’aiment pas Sarkozy mais réclament plus de flics. Ils n’aiment pas Sarkozy mais appellent l’armée quand des jeunes de banlieue se révoltent contre l’injustice. D’ailleurs les résidences fermées ont le vent en poupe pour se protéger de cette racaille. Vive la biométrie, le fichage ADN, les caméras de surveillance, les boites anti jeunes et j’en passe et des meilleurs. Ils ne l’aiment pas mais considèrent que la prison est elle aussi naturelle, que c’est normal d’enfermer des individus qui ne rentrent pas dans les critères de « normalité » ; les « délinquants » tout comme les « fous », il faut s’en protéger, les évacuer de la polis.
Les gens n’aiment pas Sarkozy mais considèrent qu´il est préférable de concéder un peu de liberté pour un peu plus de sécurité.

Les gens n’aiment pas Sarkozy et tous les politiciens – ceux sont tous des pourris – mais continuent à déposer un bulletin dans les urnes. Ils n’imaginent pas autre chose que la démocratie dite représentative que l’oligarchie nous a imposée. Il est « normal » de déléguer à des autorités politiques qui ont le droit, avec leurs copains les patrons, de vie ou de mort sur chacun d’entre nous.

Les gens n’aiment pas Sarkozy et sa vie bling-bling mais aime bien connaitre la vie de la jet-set et pour cela lisent Gala, Voici, Closer, et autres merdes. C’est tellement bêêâû de pouvoir s’identifier à cette bourgeoisie, qui elle, remercie le bon peuple d’un : « merde » en refusant de redistribuer une petite partie de sa richesse au travers des impôts.

Les gens n’aiment pas Sarkozy mais aiment regarder TF1 et le journal de Pernault, la star ac’, capital, et d’autres imbécilités de la machine à abêtir. Il est tellement plus facile d’éteindre sa cervelle plutôt que la télévision.

En fait la populace n’aime pas Sarkozy mais considère qu’il n’a pas tout à fait tort. Elle n’aime pas Sarkozy, la personne, mais n’a rien à redire sur sa politique et les idées qu’il promotionne. La populace ne l’aime pas mais pense comme lui mais ne veut pas (se) l’avouer, car beaucoup se considèrent comme de « gauche ».

Parce que les gens n’aiment pas Sarkozy mais véhiculent ses idées je ne peux pas me réjouir……non je ne suis pas content ; je ne peux pas l’être…

Par sociomasques le 20 mai, 2008 dans Non classé
Pas encore de commentaires

11 mai, 2008

Autodétermination des peuples : un droit « égal » pour tous ?

Il existe un droit – fondamental – celui de l’autodétermination des peuples. Dans le pays dits des droits de l’Homme, ce droit ne peut qu’être défendu – normalement….
Les derniers temps nous avons pu voir/lire l’importance de ce droit pour certains peuples, que ça soit les albanais du Kosovo ou les tibétains. Tout peuple a le droit à l’autodétermination, à l’autonomie ; mais en y regardant de plus près il semblerait que cette autonomie ne soit pas valable pour tous les peuples.
Comme les kosovars, dont la proclamation unilatérale d’indépendance fut reconnue et soutenue par la plupart des pays occidentaux, les tibétains est le peuple à soutenir en ce moment.

Il faut donc soutenir le peuple tibétain contre (le soi-disant) oppresseur chinois. RSF étant le premier, le plus médiatique, de ceux qui réclament l’indépendance du Tibet et l’arrêt des « massacres », cela à coup d’actions médiatiques et en menaçant le bon déroulement des jeux olympiques de cet été – jusqu’à en appeler au boycott. RSF, en tête, donc, d’une croisade contre l’oppresseur chinois et le totalitarisme de la République Populaire de Chine. Il peut être intéressant de savoir pour qui « travaille » Ménard – RSF reçoit des fond de la NED, « filiale » de la CIA, pendant que Ménard s’affiche avec l’extrême droite cubaine de Miami – cela pour mieux comprendre la démarche de Reporters Sans Frontières. Mais je préfère vous renvoyer aux écrits de M.Vivas par exemple (certes lui, ou d’autres se trouvant dans la même démarche, parle le plus souvent de RSF en rapport avec de la propagande « anti- » à l’encontre du Venezuela ou de Cuba). La campagne du patron d’RSF en soutient au Tibet n’est qu’une façade pour déstabiliser la Chine qui, aux yeux de certains chefs d’états, Bush(-rie) en tête, semble prendre trop d’importance au niveau économique ; l’hégémonie de certains prenant un coup. D’ailleurs la demande d’indépendance du Tibet par Ménard et sa clique d’RSF peut paraître déstabilisante lorsque l’on sait que le Dalaï-lama lui-même a renoncé à l’indépendance pour lui préférer l’autonomie !? Mais je préfère ne pas pousser la réflexion sur le « conflit » opposant la Chine et le peuple tibétain considérant ne pas posséder assez de cartes entre les mains pour prétendre l’expliquer.

Néanmoins je demanderai à toute personne soucieuse de comprendre ce conflit, mais aussi tout autres phénomènes sociaux, de ne pas s’arrêter aux images et aux dires de nos médias occidentaux. Il est important d’essayer de se poser quelques questions essentielles, des données importantes et/ou indispensables à la compréhension de tous phénomènes socio-politiques, cela pour ne pas tomber dans une analyse fallacieuse car trop hâtive et préconstruite. Dans le cas du Tibet, par exemple (et cela non-exhaustivement), avant de pouvoir « juger », ou plutôt émettre un avis, une opinion, il faut connaître un minimum l’histoire du peuple tibétain, de son gouvernement en exil, de la non reconnaissance d’un Tibet indépendant par le pays accueillant ce gouvernement ou des versements de la NED effectué sur le compte en banque du dalaï-lama. Mais aussi des violences racistes commis par les tibétains « indépendantistes », lors des échauffourées de début mars, à l’encontre des Hans (chinois) et des Huis (musulmans), en fait de tout – en tant qu’entité – ce qui n’était pas tibétain (ce qui comprend donc les bâtiments). Tout autant que connaître un peu le groupe Reporter Sans Frontière et son directeur Ménard, ainsi que les relations politico-économique de la Chine avec les « grandes puissances ». Vous comprenez que les événements du Tibet peuvent être vu de différentes manières suivants les connaissances que l’on a dans le domaine, mais surtout suivant ce que l’on veut bien percevoir/voir. Attention donc aux idées préconçues.

Mais allons un peu plus loin sur le droit à l’autodétermination des peuples. En regardant bien nous nous apercevons que ce droit n’est pas égal pour tous. Les albanais du Kosovo y ont donc droit pendant que les kurdes se battent pour un rêve ou que les tchétchènes meurent dans l’indifférence. Le Tibet peut y prétendre, la cause internationale s’en émeut mais oublie les ouïgours, malheureusement pour eux turcophone et musulman, oublie aussi que l’Irak vit toujours sous le joug américain pendant que le peuple palestinien, lui, continue d’avoir comme seul droit celui de mourir sous les balles israéliennes. La cause tamoule, elle, semble inexistante.
En Afrique, le Sahara occidental continue d’être occupé par le Maroc, les touaregs d’être considérés comme une guérilla et le peuple du Kivu meure dans l’indifférence sans que les médias occidentaux daignent prendre le temps de s’y intéresser. L’Afrique, en général, subit un dirigisme, un totalitarisme de la Mafiafrique qui ne veut prendre fin.
En Amérique latine, les régions riches de Bolivie ont le droit – et le soutien de la première puissance mondiale – de réclamer leurs autonomies voir l’indépendance, la bourgeoisie du Venezuela de fomenter un coup d’État pendant que le peuple mapuche désintéresse et continu d’être méprisé et violenté ou que les forces armées révolutionnaires de Colombie sont traquées et assassinées avec acharnement. Le peuple cubain quant à lui reste soumis à un embargo impérialiste.
En Europe, pendant qu’il torture les membres de l’ETA, le gouvernement espagnol troque plus d’autonomie à la Catalogne. L’Éire [Irlande] à eu droit à son indépendance pendant que sa compagne du nord et l’Alba [Écosse] continue de subir le dictat anglais.
La Corse quant à elle, semble devoir continuer à rêver.

Mais que les choses soient claires : nous soutenons tous les peuples opprimés et leurs apportons un soutien moral dans leurs luttes pour l’autonomie – au sens large du terme – mais appelons à nous méfier de certains séparatismes.

Pour finir, pour ceux qui douteraient de nos propos sur la différence de traitement politico-médiatique des droits des peuples opprimés, il nous suffit de prendre constat des événements des derniers mois.
Le 10 mars à Lhassa, pour s’étendre les jours suivant dans d’autres villes du Tibet, des centaines d’individus manifestent pour commémorer le soulèvement de 1959. Le chef du gouvernement tibétain en exil, le dalaï-lama, appelle Beijing à la retenue tout en annonçant 80 morts chez les émeutiers. Les médias internationaux relayent l’information autant qu’ils le peuvent. Le tapage médiatique nous appelle à nous sentir tibétains. Près de deux mois après ils en parlent encore.
Quelques semaines plus tôt, du 24 au 28 février, autre continent. Dans plusieurs villes du Cameroun, Douala et Yaoundé notamment, a eu lieu des manifestations qui tournèrent à l’émeute. Le gouvernement de Biya réprime violemment et sanguinairement les émeutiers. On parle de plus d’une centaine de mort. Du côté des abêtisseurs, black-out totale. Les camerounais peuvent continuer d’être assassinés en silence…
Les droits des peuples opprimés n’ont pas les mêmes intérêts aux yeux des impérialistes occidentaux.

Par sociomasques le 11 mai, 2008 dans Non classé
Pas encore de commentaires

Fidel CASTRO passe le flambeau ou l’anachronisme vivant.

Fidel passe le flambeau. Cet « anachronisme vivant » tire sa révérence à 81 ans. Les médias se « lâchent » et peuvent parler de la fin du Tyran.

 Cet assassin sanguinaire, 7ème fortune mondiale d’après Forbes, ne dirigera plus l’île après 49 ans de pouvoir dictatorial. On peut espérer que, enfin le gouvernement transitoire mette un terme à dictature cubaine. Les cubains vont enfin pouvoir gouter à la démocratie et à la liberté. Les dirigeants occidentaux se réjouissent de cette décision, que se soit pour Fillon, Jouyet ou le PS ou même Bruxelles qui espère voir, par cet acte, une avancé démocratique et la mise en place du pluralisme. Nous pouvons imaginer ou disons ressentir, grâce à nos médias français, la joie des opposants cubains et bien sur l’espoir que suscite la décision du dictateur. Washington aussi a accueilli avec plaisir la fin du règne sanguinolent de Fidel Castro – eux qui n’ont jamais réussi à l’assassiner malgré plusieurs centaines de tentatives – et ce malgré que le pouvoir revienne à Raúl Castro – le frère du monstre. La fin du castrisme n’est pas tout à fait à l’ordre du jour, et, comme le dit si bien dans son édito Pierre Rousselin, « les Cubains sont encore loin de connaître des lendemains qui chantent ». C’est pour cela que l’opposition cubaine réclame une accélération du processus de transition et que Washington maintien son embargo contre le « goulag tropical ». Mais Georges W. Bush avertit, il ne va pas falloir se tromper et ne pas privilégier la stabilité à la démocratie. Un espoir est en train de naître…

Malgré ce jour de demi-fête quelques questions se posent :

- Qu’est-ce que les journalistes appellent l’opposition cubaine ?

- Qu’est-ce que nos différent dirigeants, ministres, etc. appellent « démocratie » ?De plus si nous parlons de démocratie nous nous devons de nous demander si le régime cubain est bien une dictature ?

- La fin annoncée de la « dictature » castriste signifie-t-elle la fin de la révolution cubaine ? ou dit autrement, la révolution cubaine n’existe que parce que par le charisme de Fidel, que parce qu’il détient le pouvoir ?

Se poser ces 3 questions c’est déjà vouloir comprendre la problématique cubaine et ne pas se satisfaire du traitement médiatique et politique que nous connaissons et subissons. Ce sujet nécessite bien sur plus de 3 questions mais cela permet, à mon avis de (se) donner une 1ère approche – approche (pourtant) journalistiquement « utilisable ».

Je me dois d’écrire quelques éléments de réponse :

L’opposition cubaine. Il suffit de lire ou écouter/regarder correctement – j’avoue ne pas vraiment connaître les journaux télé mais j’imagine très bien le traitement journalistique réservé à Cuba – pour s’apercevoir que ces exilés vivent à Miami – Aucun opposant ne vit à Cuba ? Miami, Fief de l’extrême droite cubaine, nostalgique de l’ancien dictateur Fulgencio Batista et financé en grande parti par Washington. Ce sont des groupes d’opposition lié à de grands terroristes tels que Luis Posada Carriles. Ne pourrait-on pas avoir l’avis d’une opposition cubaine qui ne soit pas à la solde des États-Unis, et vivant à Cuba ? De même connaître les réactions, l’avis de cubains ? comment pourrait-on croire que tous les cubains veulent la mort de leur révolution ?
[Les faits avancés ici sont bien sur avérés et pour qui veut approfondir le sujet je vous conseille vivement la lecture d’un des spécialistes français sur Cuba, Salim Lamrani]

Réfléchir à la notion de démocratie est très intéressant mais peut être très long. Pour ce qui est de nos dirigeants occidentaux nous devinons très bien ce qui se cache derrière ce terme, ils n’attendent que la mise en place d’une « démocratie de marché », n’en doutons point. Néanmoins il est très intéressant de nous demander ce que signifie la démocratie. Quels principes pouvons-nous accoler à ce terme ? La démocratie est elle une notion figé ou au contraire en perpétuel mouvement, dépendant de l’époque et du lieu ? Parler de démocratie platonicienne revient-il à parler de démocratie française ?
[Vous pouvez lire le texte de Lázaro Barredo Medina « ¿De cuál democracia estamos hablando? »]

Enfin, que ce soit les différents dirigeants ou les (pseudo-)journalistes, tous semblent convaincus que la « mort politique » de Fidel en dépit de sa vrai mort, mettra un terme à sa soit disant dictature. Mais c’est oublié que la révolution fut cubaine et non castriste. Ce sont les même qui traitaient Cuba de satellite soviétique et qui ont prédit la chute du régime communiste lors de l’effondrement de l’Union Soviétique. Pourtant, et malgré le renforcement du blocus, Cuba est toujours debout. Les cubains peuvent-être fiers. Fiers d’êtres toujours debout malgré les nombreuses pressions économiques, les attentats qu’ils subissent. Fiers de résister depuis près de 50 ans à la 1ère puissance mondiale – et de leurs collabos que sont les autres pays occidentaux, Europe en tête. Fiers de pouvoir proposer malgré tout cela un système de santé et d’éducation gratuit et de haute qualité.
[Vous pouvez lire le texte de Lázaro Barredo Medina « ¿Cuál es la transición? ¿Perder la identidad? »]

El commandante Fidel Castro n’a fait que ce qu’il n’a toujours dit : « le jour où je n’aurais plus la capacité de gouverner je quitterai le pouvoir. ». C’est chose faite. La révolution, elle, suit son cours.


« Chaque année 80’000 enfants meurent victimes de maladies curables, aucun d’eux n’est cubain »
« Cette nuit 200 millions d’enfants dormiront dans les rues du monde. Aucun d’eux n’est cubain »

Par sociomasques le 11 mai, 2008 dans Non classé
1 commentaire

Meta

Liens

Mots de Tête d'Algérie |
ZEN D ESPRIT |
Le blog du syndicat FO de D... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PARIS HABITAT OPH parole a...
| J-M Palmier: articles redéc...
| 6-VIC